Futur Interne
Communiqués

COVID-19 : Appel à la mobilisation générale des internes

Nous appelons à une mobilisation générale des internes en médecine de France que nous représentons et plus largement à l’ensemble des citoyen·nes pour faire face à la crise sanitaire actuelle.

Point sur la situation :

Les régions encore peu touchées par le virus doivent se préparer à la situation actuellement traversée par nos collègues des régions Ile-de-France et Grand-Est :

Malgré l’activation des plans blancs, la réorganisation des services pour les dédier au COVID-19, l’ouverture de lits de réanimation au maximum des capacités, une augmentation des capacités de régulation téléphonique, solidarité entre CHU et établissements dit “périphériques”, la situation est extrêmement tendue.

Les services d’urgences sont actuellement saturés avec des patients aux critères d’hospitalisation (AEG, hypoxémie importante, pneumopathie bilatérales) avec un taux d’hospitalisation de 40%.

Le numéro du SAMU est saturé avec parfois une attente dépassant l’heure dans certains départements.

Le matériel commence à sérieusement manquer : respirateur, masques et lunettes à oxygène, matériel d’intubation et de décubitus ventral.

La mortalité est désormais majeure dans les services de gériatrie et les EHPAD en raison du COVID19 et de la dégradation globale de la prise en charge des personnes âgées et dépendantes en lien avec la saturation des capacités de soin.

Les critères de limitation d’accès à la réanimation sont fixés entre équipes et obligent les soignants à procéder à des choix éthiques humainement difficiles.

Tous les personnels des hôpitaux de France doivent se préparer au maximum. Aucune mesure ne sera maximaliste et elles seront rapidement dépassées. Le pic de l’épidémie devrait être atteint mi-avril et se poursuivre jusqu’au mois de juin.

Mesures à destination des internes :

Nous appelons l’ensemble des internes à se mobiliser massivement :

Tous les internes actuellement en disponibilité, en année de recherche, en vacances doivent contacter leur cellule de crise locale (syndicat d’interne, ARS, CHU) pour prendre part à la prise en charge des patients.

Tous les internes actuellement affectés dans des services dont l’activité peut être réduite doivent demander à être listés, leurs compétences établies pour constituer un poule de soutien. Ils participeront aux lignes de gardes et astreintes supplémentaires, des discussions sont en cours pour organiser la réaffectation dans des services en tension, la régulation, et pour les volontaires, la possibilité de changer d’établissement en renfort.

Nous vous invitons à contacter votre syndicat ou association représentative pour participer à l’organisation. Les internes de santé publique sont particulièrement appelés à s’impliquer dans l’organisation de ce réseau. Dans chaque établissements des cellules de crises se mettent en place et des représentants des internes doivent participer. A défaut de cellule crée, la Commission d’Organisation de la Permanence des Soins COPS de chaque établissement aura un rôle majeur dans la gestion de l’épidémie.

Tous les internes doivent porter sur eux systématiquement un justificatif de leur fonction, au mieux leur CPF (Carte de Professionnel en Formation) ou CPS (Carte de Professionnel de Santé),  (contacter l’ordre départemental des Médecins), leur carte hospitalière, un justificatif d’inscription universitaire ou une attestation éditée par le CHU de la subdivision d’affectation.

Les choix de stage présentiels comme toutes les réunions non essentielles à la prise en charge des patients doivent être annulés et remplacés par des méthodes dématérialisées.

Des discussions sont en cours pour que le semestre actuel soit prolongé d’un mois renouvelable, les prises de poste hospitaliers (assistants, PH) ne doivent pas être impactées, les choix hors subdivision commenceront à la date repoussée, les prises de fonction (internes actuellement en disponibilité, recherche) doivent prendre leurs fonctions au plus tard au 1er mai.

Tous les travaux universitaires et enseignements (hors COVID) doivent être annulés, nous continuons à demander un délai pour le passage de la thèse pour l’accès au statut de docteur junior. Tout doit être mis en place pour ne pas retarder l’accès au statut de docteur en médecine dans le pays (passage de la thèse).

Les internes enceintes et atteints d’une pathologie chronique (dont asthme) ainsi que les infectés doivent être en confinement total et non exposés à la prise en charge des patients, ils et elles doivent participer si leur état de santé le permet à la coordination des équipes au sein des cellules de crises déployées.

Les lignes de gardes et d’astreintes doivent être doublées si besoin. Tous les internes, de toutes les spécialités doivent participer au fonctionnement des lignes de gardes essentielles.

Dans les stages ambulatoires, les MSU doivent réaliser une activité pleine, les internes doivent si des locaux sont disponibles doubler les consultations, sinon disponibles le MSU doit réaliser des visites à domicile ou l’interne doit demander à être réaffecté à un service hospitalier.

Les internes à risques d’épuisement professionnel doivent contacter la cellule de crise au nom du droit au remplacement et seront seuls autorisés à prendre des congés. Les internes en situation d’épuisement doivent être placés en arrêt maladie. Les personnels hospitaliers et surtout les supérieurs hiérarchiques médicaux et administratifs doivent être particulièrement vigilants aux risques d’épuisement professionnel des internes et mener des politiques actives de prévention dans les services en ciblant prioritairement les services hospitaliers.

Les self et restauration des internat doivent être fermés, les repas pris en service, les internes infectés logés dans les internats doivent être relogés à l’extérieur de l’hôpital. Tous les évènements de vie collective sont annulés et à proscrire.

Les dispositions relatives à la prolongation du semestre et aux changements d’affectation sont en cours de discussion et en attente de validation ministérielle.

Tous les matériels de prévention barrière (masques, gants, surblouses) à l’échelle des régions, des départements, des communes doivent être mis à disposition prioritaire des professionnels de soins. Les internes doivent porter un masque systématiquement. En l’absence d’accès au matériel de protection, les professionnels doivent poursuivre leur activité mais toutes les mesures doivent être prises par les dirigeants politiques pour mettre à dispositions ces moyens.

Mesures à destination des citoyens :

Nous appelons toutes les entreprises, industries, citoyens à produire des masques en tissu et des solutions hydro-alcooliques et à les mettre à disposition des hôpitaux.

Nous appelons les citoyens à se comporter de manière responsable :

  • L’objectif est de ralentir la propagation du virus pour éviter les phénomènes de saturation des services
  • Limiter au maximum les appels au 15, 18, les consultations aux urgences, seules les situations de détresse vitale devront monopoliser le corps médical, les consultations et opérations non urgentes doivent être annulées.
  • Limiter au maximum les contacts interpersonnels particulièrement dans les espaces clos mais aussi à l’extérieur, les familles doivent s’isoler au maximum, les seuls activités doivent être essentielles, au domicile ou en extérieur sans rapprochement avec d’autres individus

                  Les internes de médecine seront au service de la population lors de cette crise sanitaire majeure et historique. Vous pouvez compter sur nous.

Justin BREYSSE – Président : 06.50.67.39.32.

Contact presse

Léonard CORTI – Secrétaire général : 06.71.02.62.05.

Voir plus

ISNI

L’InterSyndicale Nationale des Internes représente et rassemble les internes de France métropolitaine et des DROM-COM depuis 1969. L’ISNI représente plus de 12 000 internes, répartis dans les associations et syndicats de subdivisions membres.

Articles relatifs

4 commentaires

  1. Un énorme merci d avance, ce message va je l espère responsabiliser la population, je vous souhaite du courage et me sens très fière d’être française grâce à vous.

  2. Bonjour à tous,

    Je comprends que les mobilités doivent être réduites au maximum, je comprends qu’accueillir un nouvel interne dans ces circonstances ne soit pas aisées, mais c’est à mon sens chambouler tout un fonctionnement qui est déjà organisé et priver d’autres services qui en nécessiteraient. C’est aussi priver une forme de renouvellement d’internes, un dynamisme de changement d’équipe plutôt qu’un épuisement d’une équipe déjà à fond depuis 6 mois, et dont beaucoup d’entre nous devaient partir en vacances ces derniers mois et les voient annulées.
    C’est chambouler une organisation qui est déjà difficile de réaliser tous les 6 mois notamment des bail de logements terminés avec une prise de logement déjà pourvu par une autre personne dès début mai.

    Pour exemple, je suis attendue à partir du 04/05 dans le service de réanimation polyvalente de Thonon Les Bains. Petit service, petit effectif qui se bat pour avoir un interne et ont obtenu tous les agréments l’an dernier, malheureusement sans interne encore…

    Nous imposer une prolongation de service ne me semble pas justifié. Tant bien que nous serons tous exposés au coronavirus où que nous soyons, cela ne nous empêchera pas de poursuivre les règles d’or de l’hygiène, protection, port de masques, et tenue propre de l’établissement d’accueil.

    C’est pour moi et peut être beaucoup d’autres une difficulté supplémentaire.

    Bien cordialement,

    Laure.

    1. Mets toi en contact avec la direction du CH de Thonon, s’ils ont besoin de toi là-bas plus que dans ton stage actuel, tu pourras être autorisé à y prendre tes fonctions plus rapidement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer