Revendication des internes - COVID 19
CommuniquésEnquêtes

Enquête – Temps de travail des internes

Moyenne hebdomadaire

Le résultat de notre enquête est sans appel. Les internes de France travaillent en moyenne 58,4 heures par semaine. Ce chiffre dépasse de dix heures le maximum légal de 48 heures fixé par l’Union européenne et par le décret de 2015 sur le temps de travail des internes.

Ce chiffre est impressionnant d’autant qu’il ne prend en compte que le temps que passe l’interne sur son terrain de stage. Théoriquement, ce temps en stage doit être consacré à l’activité de formation clinique, ce qui n’est pas le cas.

Ce chiffre de 58,4 heures hebdomadaires ne contient pas, par ailleurs, les heures que les internes passent à leur domicile ou à la faculté à travailler sur leurs projets de recherche ou sur les présentations qu’ils et elles font très régulièrement dans leur service. En effet, les internes, sous l’autorité de leur chef de clinique ou de leur professeur des universités sont censés produire des travaux de recherche ou d’analyse d’articles scientifiques qu’ils et elles doivent ensuite restituer lors de points souvent hebdomadaires, appelés dans le jargon médical des « staff ». Tout cela demande un travail au domicile, souvent exécuté le soir tard après des journées de travail qui se terminent globalement entre 19h et 21h.

« Finalement moins d’un tiers des internes respecte les 48 heures hebdomadaires légales. »

Ce résultat de 58,4 heures hebdomadaires cache des disparités entre les internes même s’il est clair comme le montre le tableau ci-dessous que plus de 70% des internes dépassent le maximum légal. Notre analyse montre que 40% des répondants travaillent plus de 60h par semaine et 10% dépassent les 79h par semaine. Par ailleurs, seuls 30% des internes déclarent travailler moins de 50,75 heures par semaine.

10%20%30%40%50%60%70%80%90%
40.2546.550.7553.7556.676063.9269.2579.17
Temps de travail horaire hebdomadaire par décile (h/sem)

Rapporté à sa rémunération qui est d’environ 1 600€ net en première année d’internat (indemnités comprises), la valorisation horaire du travail des internes est donc de 6,8€ net de l’heure, en dessous du SMIC horaire net de 7,96€ (valeur au 1er janvier 2020). Cette situation est décrite avec des données différentes par la Fondation Jean Jaurès et n’est pas acceptable moralement et légalement.  

Moyennes hebdomadaires par spécialité

Nous avons fractionné notre analyse pour distinguer trois grands groupes d’internes en fonction de leurs spécialités :

  • Les internes en médecine générale travaillent en moyenne 52,2 heures par semaine sur leur lieu de stage.
  • Les internes des spécialités médicales cliniques (par ex : cardiologie, neurologie, gériatrie, etc.) voient leur semaine de travail chargée de 57,1 heures en moyenne.
  • Pour ce qui est des spécialités chirurgicales, elles sont sans surprise les plus impactées par un temps de travail excessif puisque ces internes travaillent en moyenne 70,7 heures par semaine.

Si on s’intéresse à toutes les spécialités sans distinction, il est possible d’élaborer quatre groupes en fonction de la charge de travail hebdomadaire :

  • Les internes de sept spécialités, toutes chirurgicales, dépassent les 70h hebdomadaires
Neurochirurgie 82.24 (h/sem)
Chirurgie viscérale et digestive 77.72
Chirurgie orthopédique et traumatologique 77.29
Chirurgie thoracique et cardiovasculaire 76.03
Urologie 76.03
Chirurgie vasculaire 74.00
Chirurgie pédiatrique 73.42
Sept spécialités dépassant les 70h de travail hebdomadaire
  •  Dans quinze spécialités sur quarante-quatre, les internes font des semaines entre 58 et 70 heures de travail
Gynécologie-obstétrique 69.64 (h/sem)
Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique 68.58
Chirurgie maxillo-faciale 67.34
Oto-Rhino-Laryngologie et chirurgie cervico-faciale 64.95
Néphrologie 62.45
Médecine cardiovasculaire 62.31
Anesthésie-réanimation 61.89
Hématologie 60.61
Pédiatrie 60.44
Médecine intensive et réanimation 60.33
Hépato-Gastro-Entérologie 59.89 
Pneumologie 59.11
Maladies infectieuses et tropicales 58.53
Médecine interne et immunologie clinique 58.29
Médecine d’urgence 58.15
Quinze spécialité travaillant entre 58 et 70 heures par semaine
  • Ne respectant toujours pas le maximum légal des 48 heures hebdomadaires conformément à la réglementation, seize spécialités voient leurs internes travailler plus de 48 heures et moins de 58 heures.
Gynécologie médicale 57.99 (h/sem)
Neurologie 57.86
Gériatrie 56.94
Rhumatologie 56.22
Endocrinologie, diabétologie et nutrition 54.43
Chirurgie orale 54.38
Dermatologie et vénérologie 53.59
Oncologie 53.33
Allergologie 52.99
Médecine générale 52.27
Médecine physique et de réadaptation 52.27
Ophtalmologie 51.87
Médecine vasculaire 51.81
Anatomie et cytologie pathologique 50.23
Radiologie et imagerie médicale 49.34
Médecine nucléaire 48.41
Spécialités travaillant entre 48 et 58 heures par semaine
  • Au final, il y a donc seulement six spécialités qui respectent la loi et les 48 heures légales.
Biologie médicale 47.58 (h/sem)
Santé publique et médecine sociale 45.38
Génétique médicale 43.62
Médecine et santé au travail 43.45
Psychiatrie 43.31
Médecine légale et expertises médicales 42.61
Spécialités respectant le maximum légal

La conclusion de ces différents tableaux est conforme à l’analyse par groupes de spécialités puisque ce sont les internes des spécialités chirurgicales qui sont les plus impacté·es par un temps de travail excessif.

Cadre légal du temps de travail des internes

Nous rappelons qu’en France la base légale sur le temps de travail est de trente-cinq heures. Il est réservé la possibilité de travailler plus que ces heures à condition que cela ouvre le droit à une compensation qu’elle soit rémunérée ou par du repos supplémentaire. Ces deux options ne sont pas accessibles aux internes pour la simple et bonne raison qu’il n’existe pas de décompte horaire de leur temps de travail.

« La seule solution pour faire respecter le temps de travail des internes serait de le décompter précisément. »

Si le décret de 2015 limite le temps de travail des internes à quarante-huit heures, le décompte est fait en demi-journées et restituées par le remplissage de ce que nous appelons des « tableaux de service ». Or ces tableaux de service ne permettent pas de refléter le temps de travail horaire des internes dans la mesure où les demi-journées n’ont pas de traduction en termes de volume horaire. A titre d’exemple, une garde de 24 heures est traitée dans un tableau de service comme « quatre demi-journées », ce qui donnerait une durée de 6 heures à la demi-journée donc 12 heures pour une journée de travail, ce qui n’est pas cohérent.

Dernière remarque concernant le temps de travail, une décision rendue par la Cour de Justice de l’Union Européenne le 14 mai 2019 statue que « les États membres doivent imposer aux employeurs l’obligation de mettre en place un système objectif, fiable et accessible permettant de mesurer la durée du temps de travail journalier effectué par chaque travailleur. » Nous étions en cours de réflexion pour engager une procédure afin que l’État enjoigne les établissements accueillant les internes à respecter cette jurisprudence quand la crise du nouveau coronavirus est arrivée. 


Ce que vous pouvez faire:

Soutenez nos revendications en signant la pétition.

Témoignez de vos conditions de travail.

Voir plus

ISNI

L’InterSyndicale Nationale des Internes représente et rassemble les internes de France métropolitaine et des DROM-COM depuis 1969. L’ISNI représente plus de 12 000 internes, répartis dans les associations et syndicats de subdivisions membres.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer