Futur Interne
Communiqués

Phase de consolidation : où en sommes nous?

La réforme du troisième cycle des études médicales instaure le concept d’internat contingenté en 3 phases consécutives distinctes. La phase socle a permis un meilleur fléchage des internes dès le début de leur internat dans des stages de leur spécialité, avec en théorie un meilleur encadrement et une meilleure anticipation de leur parcours professionnel futur avec l’obligation de la rédaction d’un contrat pédagogique. 

La phase d’approfondissement est dans la continuité de celle-ci et permet à l’interne d’enrichir progressivement ses connaissances pratiques et théoriques dans le cadre de son DES mais aussi dans des spécialités voisines et/ou complémentaires, permettant d’affiner le profil de compétences de l’interne. 

La très controversée phase de consolidation est encore inconnue en pratique de tout le monde. Le concept maître de cette phase est « l’autonomie supervisée », notion encore bien floue à quelques mois de l’arrivée de celle-ci malgré les récents textes encadrants législatifs. Cette phase de consolidation fait naître le statut de Docteur Junior pour la ou les dernières années d’internat. Il s’agit d’un statut inédit défini par l’arrêté du 3 juillet 2018

Figure 1. Schématisation de la R3C à travers les phases, échéances et évolution de statut

Les différents récents textes réglementaires pré-cités ou la réactualisation des maquettes ne permettent pas de comprendre les réelles missions cliniques qui leur incombent mais aussi le réel objectif global du Docteur Junior au sein de l’organigramme hiérarchique usuel : “mi-interne, mi-assistant”? Quoiqu’il en soit, le Docteur Junior restera un étudiant de 3ème cycle, tout comme en phase socle et d’approfondissement. Où est donc la réelle évolution ?

Concernant l’organisation logistique des stages de cette phase de consolidation, celle-ci est encore inédite et fortement complexe : les internes devront effectuer une liste de vœux de lieux de stage qui auront été au préalable autorisés par les coordonnateurs de DES (agrément obligatoire) en commission d’agréments puis ouverts en commission d’évaluation des besoins en formation de chacune des subdivisions de la région. La liste établie par l’interne doit comprendre un nombre de vœux correspondant à 20 % des postes offerts avec un minimum de quatre vœux. Les responsables médicaux des lieux de stage agréés classent, par ordre de préférence, les étudiants les ayant sélectionnés. Les étudiants sont affectés en stage par le directeur général de l’agence régionale de santé, après croisement entre les listes et décisions des responsables médicaux (Pour plus d’informations réglementaires, suivre le lien). La réforme veut donc que les internes ne choisissent plus leur lieu de formation mais entrent dans un processus d’appariement.

Problème, les modalités de cet appariement sont bancales et la réforme est appliquée à marche forcée.

Qu’est-ce qui coince ?

Le 29 mai l’ensemble des postes de Docteurs Juniors devraient être connus et centralisés une plateforme numérique à laquelle les internes devront se connecter à partir du 1er juin.

Problème: les textes réglementaires ne sont pas encore parus, la plateforme informatique n’a pas été testée en condition réelle à vingt-deux jours de sa mise en service, les éléments de constitution du dossier de l’interne à préparer permettant de distinguer les candidats pour un même terrain de stage par les responsables médicaux de l’agrément ne sont pas encore ni des internes ni des coordinateurs …

Certaines questions auraient dû trouver une réponse il y a plusieurs mois :

Internes décalé·es ET lésé·es !

Dans un grand nombre de spécialités, il est prévu par les maquettes de formation des stages de 1 an. Or, pour raison de maladie, de grossesse ou autre, des internes ont pu se retrouver décalé·es de 6 mois dans leur cursus. Pour ces internes qui entreront en phase de consolidation en mai 2020, rien n’est prévu hormis qu’ils et elles choisiront les postes restants à l’issue de la première procédure d’appariement de mai-juin 2019. 

Oui oui, en 2020 on met en place une réforme discriminatoire et qui touchera particulièrement les internes ayant décidé d’une grossesse ou ceux et celles ayant fait face à la maladie. C’est inadmissible.

Des terrains de stage pour les Docteur Junior perdus !

Un grand nombre d’internes postule dans des situations particulières : choix hors région, FST, option, année de recherche. Le calendrier n’ayant pas été anticipé (la crise du COVID19 n’aidant pas) ces internes vont entrer dans le processus d’appariement, bloquer un poste, puis quand leur dossier sera validé ce poste sera perdu pour les autres Docteurs Juniors et basculé aux internes de phase d’approfondissement. 

Au lieu d’inclure ces situations particulières dans la plateforme informatique comme nous l’avions demandé, ces situations sont traitées par le mépris, au prix d’une diminution de la qualité globale de l’offre de formation pour les internes en fin d’internat.

Que propose-t-on ?

L’ISNI comme toujours depuis le début de cette réforme est proactive et source de propositions. Le choix par ancienneté puis ordre de classement à un concours n’est pas le meilleur. Il est légitime de réfléchir à un autre dispositif. Il ne l’est pas, en revanche, d’entrer à marche forcée dans un dispositif de moins bonne qualité. Les modalités actuelles de choix sont connues et éprouvées. Gardons-les encore un an, finalisons la nouvelle procédure pour qu’elle ne soit ni discriminatoire ni déficiente, testons la plateforme informatique, analysons les postes proposés. Faisons les choses correctement.

Les internes ont prouvé leur mérite et leur abnégation pendant cette crise, protégez-les et protégeons-nous de la violence administrative des réformes mal ficelées !

Justin BREYSSE – Président de l’ISNI

06.50.67.39.32

Contact presse :

Léonard CORTI – Secrétaire général de l’ISNI 06.71.02.62.05 – sg@isni.fr

Voir plus

ISNI

L’InterSyndicale Nationale des Internes représente et rassemble les internes de France métropolitaine et des DROM-COM depuis 1969. L’ISNI représente plus de 12 000 internes, répartis dans les associations et syndicats de subdivisions membres.

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer